Projet urbain à El Cabanyal - Passar sense trencar 

projet urbain

Valencia (Espagne) 

Prix AJAC VIII Ordre Architectes Catalogne

Repérer les potentialités du site

Créer un ilôt neuf qui s'insère dans une trame

prenant comme base la trame du quartier

espaces publics

patios

hauteur et vues

densité + lumière + diversité + espaces publics + vues

mixité typologique à hauteurs variables

T2 étudiant/couple - T3/T4/T5 - maisons - commerces

Comment concevoir un espace public en milieu méditerranéen ?

Place arborée

Place avec fontaine

été

hiver

hiver

été

© bordas+peiro. Tous droits réservés. 

Programme : Proposition urbaine sur le quartier du Cabanyal, traitement des espaces publics et proposition de typologie bâtie

Client : - projet prospectif

Maîtrise d’œuvre : bordas+peiro

Superficie : 46 000m² d’espaces publics à traiter, 20 000m² de rénovations ou reconstructions, 120 000m² de surface créée

Coût : 140 M € HT aprox.

Calendrier : projet 2011, prix AJAC 2012,

expositions publiques 2013.

     El Cabanyal est un quartier de pêcheurs dans la ville de Valence menacé depuis les années 90 par un plan d'urbanisme qui vise à raser 14 ha de tissu urbain du XIXe siècle – 1 600 logements – pour relier Valence à la mer par le biais d’une grande avenue. La dégradation menée par les démolitions et l’occupation est une machine de destruction qui s’est heurtée à une population belligérante attachée aux forces vives de son quartier.

 

     Bordas+peiro propose une alternative à ce projet basé sur le regard et veille à appréhender les enjeux et les façons de comprendre la ville pour sortir de ce conflit d’ordre idéologique et éthique plus qu’urbain. À un conflit de mœurs, seule une solution attentive aux coutumes et aux usages est possible : faire vivre plusieurs conceptions de la ville dans un même espace. Construire du neuf sans détruire, rajeunir la population sans chasser ceux déjà présents, permettre aux valenciens « de l’intérieur » de profiter de leur littoral sans en dépouiller les habitants vivant sur la côte.

 

     Le projet prétend apporter une réponse aux deux aspects du conflit initial : « conserver » et « passer », tout en résolvant la problématique de dégradation dans la zone affectée par le plan actuel. Le projet traite ces enjeux par une action sur 3 plans : création d’une zone de traversée piétonne vers la mer, la construction d’un ensemble de bâtiments dans l’ancienne friche ferroviaire, la réorganisation de la circulation motorisée et la création de parkings souterrains ou silo sur le pourtour du quartier.

               

Le projet Passar sense trencar a fait l’objet du prix AJAC VIII décerné par l’Ordre des Architectes de la Catalogne et a reçu un accueil très favorable de la presse, des différents partis politiques et des organisations de riverains. Il a été exposé lors des journées portes ouvertes dans le Palau Pineda en 2013 et à l’ENSAVT de Marne la Vallée en 2014.

  • Facebook
  • LinkedIn
  • Twitter
  • Instagram